Dernière Info

Plaidoyer autour des prévenus en situation préoccupante : Messieurs Oga Yves Stéphane et Tyo Mehinvé en liberté après plus de 8 ans de détention préventive
L'ouverture du Campus des Droits de l'Homme (CDH) 2019 est prévue ce lundi 04 Novembre
La République de Côte d'Ivoire demande à la chambre d'appel de la CPI, le maintien en liberté conditionnelle de Laurent Gbagbo
Dans une requête adressée à la chambre d'appel de la Cour Pénale Internationale en date du vendredi 25 octobre 2019, la République de Côte d'Ivoire d...
Séminaire de formation des organes de poursuite sur les innovations du nouveau code pénal
80 officiers de la Police Judiciaire sont formés à Yamoussoukro sur les innovations du nouveau code pénal ivoirien en vue d'une meilleure application ...
Prévention de la violence à l'orée des élections de 2020: Femmes et filles du Guémon et du Cavally s'engagent

Dans une requête adressée à la chambre d'appel de la Cour Pénale Internationale en date du vendredi 25 octobre 2019, la République de Côte d'Ivoire demande à la chambre d'appel de la CPI, le maintien de la décision de placement en liberté conditionnelle de M. Laurent Gbagbo. 

C'est un document de sept (07) pages dans lequel, la Republique de Côte d'Ivoire affiche clairement sa position suite à la requête introduite par Me Altit le 7 octobre 2019 ; laquelle requête visait à restituer à Laurent Gbagbo, acquitté de toutes les charges portées contre lui, I'intégralité de ses droits humains fondamentaux. A travers la présente requête, la Republique de Côte d'Ivoire demande l'autorisation à la chambre d'appel aux fins de présenter des observations écrites sur la requête de Me Altit. Et cela, conformément à la règle 103 du règlement de procédure et de preuves de la CPI qui dispose notamment en son alinéa 1 que : " À n’importe quelle phase de la procédure, toute chambre de la Cour peut, si elle le juge souhaitable en l’espèce pour la bonne administration de la justice, inviter ou autoriser tout État, toute organisation ou toute personne à présenter par écrit ou oralement des observations sur toute question qu’elle estime appropriée." 

Selon l'Etat de Côte d'Ivoire, la décision rendue le 1er février 2019, plaçant Laurent Gbagbo en liberté sous condition, paraît "sage et équilibrée" en l'état de la procédure. Par conséquent, il demande à la chambre d'appel de confirmer cette décision et de rejeter la requête de la défense d'autant plus que celui-ci avait "indiqué à la Chambre d'appel être prêt à être assujetti à de telles conditions.".

 

La rédaction

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Live tweet

Nos évènements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Sondage en ligne

Que pensez vous de la nouvelle constitution ivoirienne

Facebook