Dernière Info

CPI/Audience du 06 Février 2020 : la réponse de la Défense aux observations de la République de Cote d’Ivoire
Au cours de l'audience de ce jeudi 06 février 2020, la défense de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé s'est prononcée sur les observations de la Répub...
CPI /Procès Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé : Voici le calendrier de passage des parties à l'audience du 6 février 2020
http://www.oidh.ci/index.php/2-non-categorise/112-cpi-proces-laurent-gbagbo-et-charles-ble-goude-voici-le-calendrier-de-passage-des-parties-a-l-audien...
CPI /Procès Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé : L’Etat de Côte d’Ivoire réaffirme sa demande de maintien de Laurent Gbagbo en Liberté sous conditions
Le mardi 21 janvier 2020, la République de Côte d’Ivoire a déposé devant la Chambre d’Appel ses observations écrites, conformément à sa requête vi...
CPI: le procès Laurent Gbagbo et Blé Goudé vu 1 an après la décision d'acquittement
15 janvier 2019 - 15 janvier 2020, exactement un (1) an que la Chambre de Première Instance I de la Cour Pénale Internationale prononçait une décision...
Justice : L' OIDH renforce les compétences de 80 Magistrats sur le code pénal
Justice: 40 OSC, 25 journalistes et 15 agents du CNDH formés sur le code pénal
Plaidoyer autour des prévenus en situation préoccupante : Messieurs Oga Yves Stéphane et Tyo Mehinvé en liberté après plus de 8 ans de détention préventive
CDH 2020: Les lauréats du prix du meilleur projet sont connus

A l’occasion du séminaire de renforcement de compétence des magistrats sur le code pénal et les nouvelles lois civiles tenu du 25 au 30 novembre 2019 à Grand Bassam, l’OIDH a formulé d’importantes recommandations à l‘endroit de la Direction des Etudes, de la Législation et de la Documentation (DELD) , en présence du Directeur des Affaires Civiles et Pénales représentant le Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme et des 80 magistrats bénéficiaires de la formation.

Entré en vigueur le 26 juin 2019, le nouveau code pénal ivoirien comporte d’importantes innovations, parmi lesquelles l’incorporation des crimes internationaux. Il s’agit notamment des crimes de Génocide, crimes contre l’humanité, crimes de guerre et crimes d’agression, prévus aux articles 136, 137, 139 et 169 dudit code.

Au cours de cette formation, M. Eric Aimé Semien, Président de l’OIDH a fait une communication portant sur les crimes internationaux, les 26 et 28 novembre 2019. Au cours de sa communication, le Président de l’OIDH a apporté quelques précisions et levé les incompréhensions sur ces crimes relevant du droit pénal international. Portant un regard sur l’ensemble des innovations relatives aux crimes internationaux, il a fait remarquer que toutes les dispositions y afférents ont été essentiellement tirées du Statut de Rome. Une initiative, certes à saluer selon lui, mais qui laisse l’arrière-goût d’une reforme inachevée d’autant plus qu’il n’existe aucun document qui les spécifie mieux et présente les différentes hypothèses relatives à ces crimes. D’où la recommandation suivante: « Il s’agit de crimes complexes et un décret d’application est nécessaire pour déterminer les modalités d’identification des éléments constitutifs. Le Statut de Rome lui-même, s’est doté d’un document annexe appelé ‘‘éléments de crimes‘‘. »

Poursuivant son intervention, le Président de l’OIDH a souhaité qu’ au regard de la complexité de ces crimes, des sessions de formation intensives à l’intention des Officiers de Police Judiciaire, des Procureurs et des juges soient organisées sur lesdits crimes à l’effet de renforcer leurs capacités sur ceux-ci, surtout qu’ils ne les rencontrent pas au quotidien. C’est le sens et la portée de cette réalité qui l’a conduit à formuler cette seconde recommandation : « L’OIDH suggère la formation de juges spécialisés en crimes internationaux. Pour l’OIDH, aucun pays ne souhaite la guerre et des violences intenses sur son sol mais il faut se préparer juridiquement à en assumer les conséquences au cas où elles surviendraient malheureusement. La CPI n’est qu’une juridiction de second recours et on n’aura pas besoin d’elle si le système judiciaire est compétent, fiable et inspire confiance. Çela passe nécessairement par une volonté politique et le renforcement des capacités. » a-t-il plaidé. Les représentants de la Direction des Etudes, de la Législation et de la Documentation (DELD) du Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme présents à ce séminaire, ont dit prendre bonne note et aviseront le Garde des sceaux pour les reformes à venir.

Pour rappel, cette formation à l’intention des Magistrats, s’inscrit dans le cadre de la vulgarisation des codes pénaux usuels entrepris par l’Observatoire Ivoirien des Droits de l’Homme (OIDH) avec l’appui technique et financier du Programme des Nation-Unies pour le Développement (PNUD) et de Peacebuilding.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Live tweet

Nos évènements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29

Sondage en ligne

Que pensez vous de la nouvelle constitution ivoirienne

Facebook