Dernière Info

Actualités

Bientôt un débat s'ouvre à Abidjan sur la réconciliation nationale à partir des leçon apprises du procès Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé
Débat citoyen: L'OIDH sensibilise les jeunes sur la radicalisation et l'extrémisme en ligne
Histoire d'un retour de la MACA: Une innocence confisquée
Débat citoyen: L'OIDH suscite un débat autour des causes et leçons apprises de l'affaiblissement de la participation des jeunes au cycle électoral 2020-2021
Débat citoyen: L'OIDH suscite des échanges autour de la participation politique des femmes
Cohésion sociale: L'OIDH renforce les capacités des cellules civilo-militaires de Guiglo, Gagnoa, Divo et Dabou
Près de 50 magistrats (civils et militaires) formés sur les crimes internationaux
Procès Amadé Ourémi: Un procès quelque peu expéditif (Déclaration)
L’accusé a été condamné le jeudi 15 avril 2021 à la prison à perpétuité assortie d’une amende de près de 2 milliards de francs Cfa, après huit jours d...
 
La Côte d’Ivoire a ratifié la Convention contre la Torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants le 18 décembre 2015. Dès lors, les différentes Constitutions y compris celle récente du 19 mars 2020 la prévoient à l’art. 5. L’Etat ivoirien n’a pas arrêté ses progrès en la matière.
 
Ainsi, a-t-il criminalisé les actes Torture (art. 399), les traitements inhumains (art. 400), les traitements dégradants (art.401) et la réduction en esclavage (art.441) dans le nouveau code pénal adopté le 26 juin 2019. Désormais, la Torture est une infraction autonome prévue et sanctionnée. Tous les actes de torture et subséquents commis par un agent public ou un conjoint sur la personne de l’autre conjoint ou sur un mineur, seront sanctionnés.
L’OIDH félicite l’Etat de Côte pour ces innovations importantes qui renforcent le respect des droits des individus, qu’ils soient libres ou en détention préventive ou condamnés. L’OIDH exhorte l’Etat à poursuivre les réformes afin de parvenir à faire la déclaration de la reconnaissance de la compétence du comité contre la torture (CAT) pour examiner les plaintes de particuliers comme le prévoit l’article 22 de la convention. De la sorte, les victimes de torture en Côte d’Ivoire pourront exercer des recours tant au plan national qu’international.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Live tweet

Nos évènements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Sondage en ligne

Que pensez vous de la nouvelle constitution ivoirienne

Facebook