Dernière Info

Actualités

Bientôt un débat s'ouvre à Abidjan sur la réconciliation nationale à partir des leçon apprises du procès Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé
Débat citoyen: L'OIDH sensibilise les jeunes sur la radicalisation et l'extrémisme en ligne
Histoire d'un retour de la MACA: Une innocence confisquée
Débat citoyen: L'OIDH suscite un débat autour des causes et leçons apprises de l'affaiblissement de la participation des jeunes au cycle électoral 2020-2021
Débat citoyen: L'OIDH suscite des échanges autour de la participation politique des femmes
Cohésion sociale: L'OIDH renforce les capacités des cellules civilo-militaires de Guiglo, Gagnoa, Divo et Dabou
Près de 50 magistrats (civils et militaires) formés sur les crimes internationaux
Procès Amadé Ourémi: Un procès quelque peu expéditif (Déclaration)
L’accusé a été condamné le jeudi 15 avril 2021 à la prison à perpétuité assortie d’une amende de près de 2 milliards de francs Cfa, après huit jours d...

 Une session de partage d’expérience a figuré à l’ordre du jour de la causerie-débat initiée par l’Observatoire ivoirien des droits de l’homme (OIDH),  ce 11 octobre 2018 à l’hôtel Gestone dans la commune de Cocody à Abidjan. Le thème: « Partage d’expérience de justice post-crise : Le cas du Sud Soudan, de la RCA, de la RDC, du Mali, et de la Guinée ».  L'objectif est de s’imprégner des expériences de biens d’autres pays.

L’expert Osiwa Dakar Pascal Kambale, a détaillé sa vision de la justice post-crise dans les pays en Afrique. « Aspirer à mettre en œuvre le système du statut de Rome peut avoir un succès ou un échec. Il est plus facile pour les pays ou les crimes ont fait l’objet de débat national de mettre en place le statut de Rome, que dans les pays ou les débats sur les crimes ont été tabou, avant d’entamer les poursuites », a-t-il fait savoir.

 L’Expert ISS Pretoria Alban Angari, a, pour sa part  fait cas de l’histoire du Soudan du Sud qui n’est pas  parti du statut de Rome, avant de mentionner ‘’les difficultés dans les Etats à mettre en œuvre une juridiction qui puisse prendre en charge les crimes contre l’humanité’’.  

Concernant la RCA, M. Hyacinthe a insisté sur le fait que les rebelles continuent d’occuper une bonne partie du territoire.

 

Lire aussiCauserie-Débat/ Procès Laurent Gbagbo et Blé Goudé: l'avis des panélistes

 

L’histoire des conflits du Mali et de la Guinée ont été ressassées par M. Issa Traoré qui a noté des avancés au niveau de la gestion de conflits en Guinée, y compris un ralentissement au niveau du Mali.

La représentante de Wayamo Foundations,  Angela Mudukuti, a quant à elle indiqué qu’un ‘’droit local et clair permet de prendre des décisions locales’’.

Avant de clore la session de partage d’expérience, l’Avocat chef du bureau du conseil public pour la défense CPI,  Xavier Jean Keita, a émis quelques souhaits concernant la mise en liberté. « La mise en liberté est prévue par le statut de Rome. Les Etats doivent entrer en accord avec la CPI pour des pays d’accueil quand il y a une mise en liberté. La CPI doit offrir des garantir sur le retour au bercail. Les visites de familles sont un droit, ils doivent faire partir du budget de la cour. Le droit de véto devrait être tempéré au niveau de l’assemblé générale », a-t-il expliqué.

 

La rédaction

 

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Live tweet

Nos évènements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28

Sondage en ligne

Que pensez vous de la nouvelle constitution ivoirienne

Facebook