Dernière Info

La société civile ivoirienne rend un hommage à Mohamed Suma, chef de mission de ICTJ
Déclaration/ 17 Juillet 2020 : Journée de la justice pénale internationale
Dabou/ Visite d'échanges: L'OIDH reçue en audience par la Régisseuse de la MAC Nathalie KOUASSI
isite d'échanges: L'OIDH reçue en audience par le Régisseur de la MACA Hincleban KONE
26 JUIN 2020, journée internationale de soutien aux victimes de la torture
http://www.oidh.ci/index.php/2-non-categorise/126-26-juin-2020-journee-internationale-de-soutien-aux-victimes-de-la-torture.html

 

La dix-septième session de l'Assemblée des États Parties (AEP) au Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI) s'est ouverte aujourd'hui au World Forum Convention Center à La Haye, aux Pays-Bas. Du 5 au 12 décembre 2018, les États parties au Statut de Rome, le traité fondateur de la Cour, des États observateurs, des États invités, des organisations internationales et régionales ainsi que des représentants de la société civile débattront des principaux défis auxquels le Statut fait face, alors qu'il célèbre ses 20 ans cette année.

Les États parties prendront également des décisions importantes et adopteront des résolutions sur des questions essentielles relatives au fonctionnement de la Cour et du Fonds au profit des victimes, notamment concernant leurs budgets respectifs et la coopération. (cf le site de la CPI)

Dans son intervention, le Président de la Cour pénale internationale - CPI Chile Eboe-Osuji a affirmé que l’absence de coopération des états affecte le mandat de la cour et qu’il s’avère nécessaire de corriger cette lacune. Pour lui, la coopération avec les états ne se limite pas à l’arrestation et au transfèrement de prévenus, elle touche aussi plusieurs points portant sur les attributions de la cour. 
Abordant la situation des victimes, il déclare que, le fond au profit des victimes, joue un rôle important vis-à-vis de ceux-ci, eu égards à son impact sur ces derniers. Il a chuté son intervention en relevant que la CPI ne va pas condamner une personne parce qu’elle a été présenté comme un monstre dans l’opinion publique nationale et internationale.

Mme Fatou Bensouda Procureur à la CPI quant à elle, a déclaré que la stratégie de poursuite du bureau du procureur est objective et responsable. Elle a exhorté les Etats Parties à ne pas sous-estimer l’indépendance de la cour et a affirmé que celle-ci est une lueur d’espoir pour les victimes. Au terme de ses propos, la Procureure de la CPI s’est dite satisfaite de son mandat depuis sa nomination en 2012. Elle a promis de jouer pleinement son rôle afin de rendre justice aux victimes et a plaidé pour des moyens financiers plus adéquats.

Pour rappel, l 'Observatoire Ivoirien des Droits de l'Homme (OIDH) prend part à cette session en prélude au Side Event qu'il organise avec Institute of Security Studies (ISS) le 07 Décembre 2018. Les discussions au cours de ce Side Event porteront sur le thème suivant: Regards croisés de la situation en RCA et en Côte d'Ivoire à la Cour Pénale Internationale (CPI).

La rédaction

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Live tweet

Nos évènements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Sondage en ligne

Que pensez vous de la nouvelle constitution ivoirienne

Facebook