Dernière Info

La CPI modifie les conditions de mise en liberté de Laurent Gbagbo et Blé Goudé
Dans une décision rendue publique ce jeudi 28 Mai 2020, la Chambre d'appel de la CPI a décidé de révoquer certaines conditions de mise en liberté impo...
Le siège de l'OIDH cambriolé la nuit dernière, d'importants documents, appareils et matériels de travail emportés
Le mercredi 20 Mai 2020, les membres de l'OIDH ont constaté, au environ de 8h 30 mn, le cambriolage du siège de l'organisation sis à Cocody, Riviera B...
DÉCLARATION/ Côte d'Ivoire: Retrait de la déclaration permettant aux individus et aux ONG de saisir la CADHP : L'OIDH marque sa déception et interpelle Mme la Secrétaire d’Etat aux droits de l'homme
La Côte d'Ivoire a retiré ce mardi 28 avril 2020 sa déclaration permettant aux individus et aux ONG de saisir la compétence de la Cour africaine des d...
Covid-19/ Grâce présidentielle: l'OIDH reste préoccupée par la fluidité de la chaîne pénale et la surpopulation carcérale
Le mercredi 08 avril 2020, le Président de la République a pris deux décrets dont le premier accorde une grâce en faveur de 1000 condamnés et l’autre ...
Plan de Soutien Économique, Social et Humanitaire: pour l'OIDH, le Gouvernement doit renforcer les mesures dites sociales et les diriger à l’intention populations
Le 31 mars dernier, le Premier Ministre, Amadou GON Coulibaly a fait une Déclaration afin de présenter les principaux axes du Plan de Soutien Économi...
Lutte contre la COVID-19 en Côte d'Ivoire: l'OIDH demande le désengorgement des prisons
Le 18 Mars 2020, dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus (COVID-19), le Cabinet du Ministère de la Justice et des Droits de l’Homm...
Covid-19 en Côte d'Ivoire/ Etat d'urgence, Couvre-feu: l'OIDH condamne les actes de violence sur les citoyens
Ce 24-25 mars 2020, au terme de la première nuit de couvre-feu, l'OIDH a observé avec regret et indignation que certains éléments des forces de l'ordr...
[Rapport] Procès Laurent Gbagbo & Blé Goudé devant la CPI: Bilan à mis-parcours et implication d'une action de lutte contre l'impunité
Dialogue politique sur le code électoral: 𝗹’𝗢𝗜𝗗𝗛 𝗲𝗻𝗰𝗼𝘂𝗿𝗮𝗴𝗲 𝗹𝗲𝘀 𝗱𝗶𝗳𝗳𝗲́𝗿𝗲𝗻𝘁𝗲𝘀 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗶𝗲𝘀 𝗽𝗿𝗲𝗻𝗮𝗻𝘁𝗲𝘀 𝗮̀ 𝗽𝗼𝘂𝗿𝘀𝘂𝗶𝘃𝗿𝗲 𝗹𝗲𝘀 𝗲𝗳𝗳𝗼𝗿𝘁𝘀 𝗱𝗲 𝗱𝗶𝗮𝗹𝗼𝗴𝘂𝗲 𝗲𝘁 𝗹𝗮 𝗰𝗼𝗻𝗰𝗲𝗿𝘁𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻
L’OIDH a participé au dialogue politique initié par le Gouvernement ivoirien, depuis le 06 janvier 2020, autour de la réforme du code électoral. Ce ca...

Depuis le 22 janvier 2019, les secteurs primaire, secondaire et supérieur de l’enseignement en Côte d’Ivoire, font face à une grève des enseignants. Cette grève serait une continuité de celles de 2016. Le 08 novembre 2016, en effet, la plateforme des fonctionnaires de Côte d’Ivoire avait initié une grève pour réclamer le paiement des stocks d’arriérés et la modification de l’ordonnance de 2012 sur les pensions de retraite.

Le corps enseignant du secteur primaire et secondaire, réunis au sein de la Coalition du secteur éducation formation (COSEF-CI) et le Mouvement des instituteurs pour la défense de leurs droits (MIDD), reprocheraient au gouvernement son indifférence devant leurs revendications visant, entre autres, l’augmentation des indemnités de logement et la suppression des cours de mercredi. Ces syndicats ont ainsi décrété un mot d’ordre de grève illimité. Après quelques jours de suspension, il a été reconduit le 04 février 2019.

Au niveau de l’enseignement supérieur, la grève serait née d’une réclamation de primes d’heures complémentaires de la part des enseignants de la Coordination nationale des enseignants-chercheurs de Côte d’Ivoire (CNEC) et de la suspension de certains des leurs par le Conseil de discipline de l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody. La CNEC a annoncé la suspension des activités académiques sur toute l’étendue du territoire national pendant une année à compter du 04 février 2019 au 04 février 2020.

Face à cet état de fait, l’OIDH voudrait tirer la sonnette d’alarme face à l’ampleur et aux conséquences de cette grève, et face au silence national autour de la question.

Du point de vue de l’OIDH, la grève semble avoir été largement suivie à Abidjan et à l’intérieur du pays, paralysant ainsi la tenue et le bon déroulement des enseignements dans les établissements scolaires et universitaires publics.

L’OIDH s’indigne face au silence des autorités étatiques en dépit de cet état de fait qui fragilise le système éducatif et contribue à l’ébullition du front social en Côte d’Ivoire. Ce silence tend à durcir les positions au détriment des apprenants.

L’OIDH tient à rappeler qu’il incombe à l’Etat ivoirien de prendre des mesures appropriées pour garantir l’exercice du droit à l’éducation conformément à l’article 28 alinéa 1-a de la Convention internationale relative aux droits de l’enfant et aux articles 9 et 10 de la Constitution ivoirienne de novembre 2016.

L’OIDH exhorte le gouvernement ivoirien à prioriser un dialogue constructif et participatif avec les enseignants grévistes en vue de trouver des solutions idoines aux revendications.

L’OIDH demande aux enseignants de faciliter l’instauration d’un climat qui favorise l’exercice du droit à l’éducation. L’OIDH recommande également aux enseignants de faire preuve de flexibilité dans le dialogue, dans l’intérêt supérieur de la nation.

 

Fait à Abidjan le 12 février 2019

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Live tweet

Nos évènements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Sondage en ligne

Que pensez vous de la nouvelle constitution ivoirienne

Facebook