Dernière Info

Côte d'Ivoire/Justice: 40 magistrats en formation demain sur le nouveau code de procédure pénale
Après l'atelier sur les innovations du nouveau code de procédure pénale en matière de Droits de l'Homme organisé le 13 Mars dernier par l'OIDH à l'intention de la société civile, à l'initiative du Ministère de la justice et des Droits de l'Homme en partenariat avec l'OIDH, un séminaire de formation des magistrats est prévue demain sur les mêmes innovations.
Perception et situation des victimes: L'OIDH réçoit Me Sako, Conseil public de la Cour pénale internationale (CPI) pour les victimes
Quatre (04) mois après le prononcé oral, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé toujours en attente de la décision écrite de leur acquittement.
Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sont toujours en attente d’une décision écrite de leur acquittement, prononcé par la Chambre de première instance de la CPI le 15 janvier 2019. Ils jouissent dans le même temps d’une libération provisoire depuis le 1er février, le premier en Belgique et le second, encore à la Haye, faute de pays d’accueil.

Adopté par l’assemblée nationale le 21 Décembre 2018 et promulgué le 28 février 2019, le code de procédure pénale ivoirien a connu d’importantes innovations en matière de protection des droits de l’homme. Notamment, sur la durée de détention préventive, la garde à vue et les conditions d’arrestation. En vue de le vulgariser et permettre une meilleure appropriation de ces innovations par la société civile, l’OIDH a initié ce mercredi 13 mars 2019 à l’hôtel Rose Blanche, un atelier d’information et de formation, sur les innovations contenues dans le nouveau code de procédure pénale.

Une activité qui se situe dans le cadre du projet monitoring des détentions avant procès exécuté par l’OIDH depuis 2014. Selon son Président Eric-Aimé SEMIEN, l'intérêt d'une telle question pour une organiation de défense des droits de l'Homme est essentielle: « les questions de justice et plus particulièrement celle de procédure pénale ne devraient pas être le seul apanage des membres du corps judiciaire, ce serait une approche réductrice» a-t-il déclaré.

 Cet atelier qui a vu la participation de près d’une centaine de personnes et mobilisé plusieurs chancellerie et ambassades a été l’occasion pour les défenseurs des droits humains de voir leur capacité renforcé à l’issu de plusieurs communications mené par des acteurs clé de la chaine pénale ivoirienne. Une initiative saluée par  par le représentant de la division politique, gouvernance de l'union africaine Calixte M'bari qui y voit une "contribution à l'instauration de l'Etat de droit." 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Live tweet

Nos évènements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Sondage en ligne

Que pensez vous de la nouvelle constitution ivoirienne

Facebook