Dernière Info

Actualités

Nouvelle arrestation de Pulchérie Gbalet: l'OIDH appelle à une action immédiate en faveur de sa libération (déclaration)
L'activiste ivoirienne PULCHERIE EDITH GBALET a été arrêtée ( à nouveau) le lundi 22 Août 2022 et incarcérée à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Ab...
Visite de travail: l'OIDH et le Royaume de Belgique renforce leur partenariat
L'OIDH a reçu ce jour, vendredi 19 août 2022 à ses locaux, la visite de Monsieur Herman AKOS, premier secrétaire à l'ambassade de Belgique en Côte d'I...
Réconciliation nationale: l'OIDH réunit partis politiques, experts et observateurs autour d'une même table
Vie chère, situation des 49 soldats au Mali, réconciliation nationale: l'OIDH se prononce
L'OIDH a tenu une conférence de presse le 21 juillet 2022 au cours de laquelle, elle a tiré la sonnette d'alarme sur plusieurs questions passées sous ...
Justice: L'OIDH et l'Académie de Nuremberg forment 40 magistrats (civils et militaires) sur les crimes internationaux
Libéré après 16 ans de détention préventive, Grah Lasm Didier rend visite à l'OIDH pour exprimer sa gratitude
Violations des droits humains lors des processus électoraux de 2020-2021: l'OIDH livre les conclusions de ses enquêtes

Ce vendredi 15 mars 2019,  l’Observatoire Ivoirien des Droits de l’Homme (OIDH) a reçu à son siège Me SAKO Brahima du Bureau du Conseil public de la Cour pénale internationale (CPI) pour les victimes. A l’initiative de l’OIDH, cette rencontre visait à discuter autour de la perception des victimes et leur situation, deux mois après le verdict rendu par la Chambre de 1ere Instance 1. Les échanges ont également porté sur les récentes visites de Mme Paolina Massida en Côte d’Ivoire et sur  la mise en œuvre du fond au profit des victimes.

Selon Me SAKO Brahima, l’annonce de la décision d’acquittement par la Chambre de 1ere Instance 1, le 15 janvier 2019, a plongé les victimes dans une incompréhension, une insatisfaction de ne pas avoir atteint leur objectif en participant au procès et une totale indignation de savoir qu’elles pourraient ne pas obtenir réparation du préjudice subit.

Quant aux récents passages de la Représentante légale des victimes en Côte d’Ivoire, en janvier et février 2019, le but était de communiquer autour du procès et rassurer les victimes sur l’existence d’autres voies de recours.

Me SAKO a relevé en outre que le fonds au profit des victimes débutera ses activités bientôt en Côte d’Ivoire. Un appel à manifestation d’intérêt a été lancé fin 2018. Dans les prochaines semaines, un appel sera lancé à l’endroit des organisations retenues. Ce dernier appel précèdera la mise en œuvre effective des activités d’assistance (soutien psychologique, relèvement économique et assistance médicale). Cette assistance concerne l’ensemble des victimes de la situation Côte d’Ivoire, sans considération de la participation ou non de ces dernières au procès Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Live tweet

Nos évènements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Sondage en ligne

Que pensez vous de la nouvelle constitution ivoirienne

Facebook