Dernière Info

Prévention de la violence: Marie Flore Begou a pris part à la formation des formateurs au KAIPTC à Accra
Mme Marie Flore BEGOU , Secrétaire Chargée du Genre et de la Cohésion sociale à l’ Ong Oidh, a pris part du 13 au 17 Mai 2019 à une formation des formateurs à Accra, aux côtés de ressortissants ouest africains et du reste du continent.
Table ronde CPI-ONG: L'OIDH y sera
Observatoire Ivoirien des Droits de l'Homme-OIDH Publié par Ong Oidh Page aimée · 19 mai · A l'invitation de la Cour pénale internationale - CPI, L' Ong Oidh participera à la session annuelle du dialogue entre la Cour Pénale Internationale et les ONG qui se tiendra du 20 au 24 Mai à La Haye.
33e session de l’Examen Périodique Universelle (EPU) : voici quelques recommandations faites à la Côte d’Ivoire
Hier mardi 07 Mai 2019, la Côte d'Ivoire a connu sa troisième évaluation à l'Examen Périodique Universelle (EPU) qui se tient présentement au palais du conseil des droits de l'homme de Genève.
Célébration de la fête du travail 2019
Nouveau code de procédure pénale: la garde à vue (2)
Nouveau code de procédure pénale: la garde à vue (1)

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sont toujours en attente d’une décision écrite de leur acquittement, prononcé par la Chambre de première instance de la CPI le 15 janvier 2019. Ils jouissent dans le même temps d’une libération provisoire depuis le 1er février, le premier en Belgique et le second, encore à la Haye, faute de pays d’accueil.

Des mois après, la procédure semble stagner, et ce, d’autant plus que le Bureau du Procureur avait souhaité, à travers une requête adressée à la Chambre d’appel, recevoir un exposé écrit complet et motivé des conclusions de la Chambre de première instance I, dans un délai de 30 jours à compter du 23 janvier 2019.
Le Statut de Rome et le Règlement de procédure et de preuve semblent muets sur le délai imparti à une Chambre de première instance pour communiquer aux parties sa décision rédigée, à compter du prononcé de celle-ci. Le temps mis par la Chambre de première instance I pour communiquer sa décision écrite semble être une conséquence de ce vide juridique.
Le point 5 de l’article 74 du Statut de Rome relatif à la nature des décisions de la Chambre de première instance dispose cependant que « la décision est présentée par écrit. Elle contient l'exposé complet et motivé des constatations de la Chambre de première instance sur les preuves et les conclusions ». Ainsi, le fait pour la Chambre de première instance I d’avoir rendu une décision d’acquittement et de mise en liberté immédiate de MM. Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé de manière orale est une inobservation de cette disposition. La Chambre aurait dû faire preuve de célérité eu égard à la durée que totalise ce procès. Elle aurait permis la contestation probable de sa décision dans de meilleurs délais et évité la lenteur actuelle de la procédure. Au demeurant, il est rare de voir un tel scénario se produire en droit international.
En tout état de cause, certaines dispositions du Statut de Rome garantissent le droit à l’accusé d’être jugé dans un délai raisonnable (article 67(1) (c)), conformément aux principes d’un procès équitable et impartial. Ces principes sont universellement reconnus comme des principes de droits de l’homme, aussi applicables par la Cour, conformément à l’article 21 du Statut. Au contraire, MM. Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sont en liberté conditionnelle bien qu’acquittés par la Chambre de Première Instance I. Ils sont en attente d’un probable appel subordonné à la communication de la décision écrite de la Chambre de première instance I.
Ainsi, l’état actuel de la procédure a pour première conséquence d’empêcher MM. Laurent Gbagbo et Charles Ble Goudé de jouir de l’entièreté de leurs libertés fondamentales. Il en résulte également une indignation et une insatisfaction des victimes. L’octroi des réparations en leur faveur reste en effet lié au prononcé d’une éventuelle condamnation des accusés, en appel.

 

Par l’équipe des enquêteurs de l’Observatoire Ivoirien des Droits de l’Homme (OIDH).
A travers cette action, l’OIDH a pour seul but de susciter un engouement autour des procès post crise et contribuer à des procédures impartiales et des procès équitables à l’égard de tous.

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Live tweet

Nos évènements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Sondage en ligne

Que pensez vous de la nouvelle constitution ivoirienne

Facebook