Dernière Info

Justice pénale internationale : Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé à nouveau au cœur des débats
CPI/ Affaire Gbagbo et Blé Goudé: La chambre de première instance I dépose l'exposé écrit des motifs de l'acquittement
Procédure pénale: Les officiers de police judiciaire formés sur le nouveau code de procédure pénale
Prévention de la violence en Côte d’Ivoire : L’OIDH lance la phase 2 de son projet
Plaidoyer autour des prévenus en situation préoccupante : Madame Sylla Aminata libérée après près de 7 ans de détention préventive
Madame Sylla Aminata a été mise en liberté par les autorités judiciaires ivoiriennes le lundi 03 juin 2019, après près de 7 ans de détention provisoire. Elle était détenue depuis le 23 décembre 2012 à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan pour coup mortel.

Prévenir les violences, pour bâtir une Côte d’Ivoire forte et paisible c’est sur cette accroche que l’observatoire ivoirien des droits de l’homme a procédé à l’exécution de la phase 2 de son projet sur la prévention de la violence à travers la mémoire, le dialogue et l’éducation en Côte d’Ivoire. Le lancement dudit projet s’est tenu le jeudi 28 juin 2019 au siège du conseil national des droits de l’homme en présence du ministère de la solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté , de la société civile, des médias et de plusieurs organismes gouvernementaux, régionaux.

L’objectif de cette cérémonie a été de partager avec les participants un aperçu global des objectifs du projet et susciter l’adhésion des parties prenante à travers des discussions et un partage d’expériences autours des défis de la prévention de la violence en Côte d’Ivoire. Au cours de son allocution Le Président de l’OIDH Eric Aimé Semien à montrer l’intérêt de ce projet qui pour lui se veut une œuvre citoyenne en vue de se prémunir de la répétition des violences connues et adresser un certains nombres de questions « Nous avons besoin de ne se laisser au compte aucun détail, les questions de victimes, de justices transitionnelles, d’exacerbation des violences verbales, de violences communautaires, de dialogue politique, d’engagement citoyen, sont autant de questions que nous devons adresser avec la plus grande minutie afin d’éviter la répétition et la réédition de violences passées. »

Le représentant la Ministre Mariétou Koné, n’a pas manqué de féliciter l’OIDH pour cette initiative qui vise selon lui  à appuyer l’Etat de Côte d’Ivoire dans la consolidation de la paix.

« Si nous sommes au lancement de la phase 2, cela veut dire que la première phase a été un succès, je voudrais en cela réitérer les félicitations de ma Madame la Ministre à l’endroit de votre organisation (..) aussi saluer toutes les organisations partenaires qui vous appuie mais qui au-delà appui l’Etat de Côte d’Ivoire dans ses actions de renforcement de la cohésion sociale et de consolidation de la paix »

La Présidente du conseil national des droits de l’homme (CNDH) quant à elle, exprimer sa satisfaction pour le choix porté sur son institution pour abriter cette cérémonie et a pour sa part attirer l’attention des participants sur la nécessité de tirer les leçons de l’escalade des violences entre les populations. « Nous devons ensemble tirer les leçons des violences et des affrontements préjudiciables entre les populations se distinguant par leur appartenance politique, religieuse ou corporative. »

Le présent projet s’étendra aux villes de Duekoué, Toulepleu, et Abidjan et aura pour principales cibles, les femmes, les jeunes mais aussi les élèves et les enseignants en vue d’endiguer les violences en milieu scolaires. Une approche saluée par le représentant du Ministère de l’éducation nationale célestin Doh « Nous saluons le projet prévention de la violence à travers la mémoire, le dialogue et l’éducation en Côte d’Ivoire qui est un projet innovant par son approche de la question en ce qu’il permet de créer un cadre d’échange au sein des établissements scolaires »

Cette cérémonie de lancement, s’est poursuivie avec la formation d’un panel dont les discussions ont tourné autour des enjeux et défis de la prévention de la violence en Côte d’Ivoire, la recomposition de la classe politique ivoirienne à l’orée des élections de 2020 et les outils pour la participation des femmes et des jeunes à la prévention de la violence à l’image des résolutions 1325 et 2250.

Après cette phase de lancement qui marque le début de l’exécution du projet, une formation des facilitateurs de dialogue est prévue

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Live tweet

Nos évènements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Sondage en ligne

Que pensez vous de la nouvelle constitution ivoirienne

Facebook