Dernière Info

Justice pénale internationale : Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé à nouveau au cœur des débats
CPI/ Affaire Gbagbo et Blé Goudé: La chambre de première instance I dépose l'exposé écrit des motifs de l'acquittement
Procédure pénale: Les officiers de police judiciaire formés sur le nouveau code de procédure pénale
Prévention de la violence en Côte d’Ivoire : L’OIDH lance la phase 2 de son projet
Plaidoyer autour des prévenus en situation préoccupante : Madame Sylla Aminata libérée après près de 7 ans de détention préventive
Madame Sylla Aminata a été mise en liberté par les autorités judiciaires ivoiriennes le lundi 03 juin 2019, après près de 7 ans de détention provisoire. Elle était détenue depuis le 23 décembre 2012 à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan pour coup mortel.

L’Observatoire Ivoirien des Droits de l’Homme (OIDH) a initié une cérémonie d’hommage à l’endroit de la Friedrich Naumann Stiftung (la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté) ce mardi 25 juin 2019 pour son engagement aux côtés des organisations de la société civile ivoirienne.

Le sens de cette cérémonie est de rendre un hommage ‘mérité’ à un acteur majeur dans l’édification d’une société civile ‘forte’ en Côte d’Ivoire, a justifié Eric Aimé Semien, président de l’OIDH. Il a rappelé que la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté « fait beaucoup pour l’évolution du débat politique en Côte d’Ivoire ». A travers notamment la formation aussi bien des acteurs politiques que ceux de la société civile, dont le rôle est de contrôler l’activité politique.

« On ne peut pas avoir de démocratie si on n’a pas une société civile formée elle aussi. La Fondation le fait et elle le fait si bien que nous avons décidé de lui rendre hommage (…) parce que c’est un bon exemple à suivre, un exemple à répéter. Et nous avons voulu profiter de ce cadre aussi pour rappeler nos attentes. Nous attendons beaucoup de leur part pour les défis politiques à venir », a exprimé Eric Aimé Semien.

Chef du bureau Côte d’Ivoire de la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté, Sophie Konaté s’est dite émue par cette cérémonie « assez émouvante. Et ce n’est pas très habituel dans le milieu de la société civile de faire des cérémonies d’hommage. Donc en tant que chef de bureau de la Fondation Friedrich Naumann en Côte d’Ivoire, je voulais en tout cas remercier l’OIDH pour avoir pensé à nous (…) C’est inédit. On est donc vraiment très content ».

Sophie Konaté a annoncé la poursuite des actions de la fondation et a dévoilé les initiatives à venir. Il s’agit notamment de formation en l’endroit des partis politiques sur justement la communication politique, le discours politique « dans un contexte qui est quand-même assez tendu en ce moment ». Et aussi des formations à l’attention des partis politique sur la question de l’idéologie, des idées.

« On a constaté qu’il y a des efforts à faire à ce niveau. Donc former les cadres des partis politique pour maitriser la question de l’idéologie qu’ils sont censés défendre. Parce que si les cadres des partis politiques ne la maitrisent pas, ce n’est pas sûr que les populations comprennent. Ce sont les deux activités importantes prévues. Mais on reste ouvert à toutes les propositions des organisations de la société civile et on pourra accompagner selon nos moyens. Il y a toujours des possibilités surtout concernant les élections », a détaillé la chef du bureau Côte d’Ivoire de la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté.

Bamba Sindou, secrétaire exécutif du Conseil National des Droits de l’Homme de Côte d’Ivoire (CNDH-CI), Monsieur a félicité l’OIDH pour cette « brillante idée » et exprimé la reconnaissance de la société civile ivoirienne à la Fondation Friedrich Naumann pour les actions qu’elle mène en sa faveur. Il a rappelé la collaboration entre le CNDH-CI et la Fondation depuis 2013 sur des projets importants.

Cette cérémonie a été également l’occasion pour d’autres organisations de la société civile de partager leurs expériences de collaboration avec la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté. Mlle Blandine Ossynda, chargé de communication du Centre d’Education pour une Société Durable (Centre ESD), George Séguénou, président de l’ONG N’GBADO et Traoré Wodjofini, ancien vice-président de la Commission Nationale des Droit de l’Homme de Côte d’Ivoire (CNDH-CI), se sont succédés pour exprimer leur gratitude à l’endroit de la fondation pour ses actions de formation et renforcement des capacités et autres appuis techniques et financiers à la consolidation d’une société civile forte à même de participer pleinement au débat politique et démocratique en Côte d’Ivoire.

Traoré Bakary

Source: Eburnie Today

Titre de l'OIDH

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Live tweet

Nos évènements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Sondage en ligne

Que pensez vous de la nouvelle constitution ivoirienne

Facebook