Dernière Info

La désinformation est un phénomène qui gagne considérablement du terrain en Côte d'Ivoire. A l'approche de la prochaine élection présidentielle, elle se présente sous des procédés aussi multiples que divers et constitue un danger potentiel pour notre jeune démocratie surtout en cette période électorale. Pour tenter d'apporter une contribution à l'atténuation de cette désinformation, l'OIDH met en œuvre le Projet de lutte contre la désinformation en ligne en période électorale, avec l'appui financier du NED et le soutien technique du National Democratic Institute.

La cérémonie de lancement officielle dudit projet s'est tenue, hier Lundi 25 Août 2020, en présence de plusieurs parties prenantes au processus  à savoir les organisations internationales et institutions nationales dont la Commission Electorale Indépendante (CEI), Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale, les partis politiques, les OSC et les médias). Elle a été marquée par la présentation du rapport de l'étude préliminaire sur la désinformation en ligne en Côte d'Ivoire. Cette cérémonie a aussi servi de prétexte à la tenue du premier forum de désinformation. Ce cadre d'échange initié par le NDI a été l'occasion pour l'OIDH de procéder à la présentation des principales articulations de ce projet et de son rapport de monitoring sur la désinformation en ligne en période électorale couvrant la période du 10 juin au 16 Août 2020.
Il ressort de ce rapport que plusieurs cas de désinformation ont été observés tant pendant l'opération de révision de la liste électorale que lors de certains faits touchant à la vie socio politique du pays. Representant 51.72% des tendances de désinformation les plus utilisées, la fabrique de contenus faux, montés de toute pièce ou de propos mensongers attribués parfois à des acteurs politiques de premier plan apparaissent comme comme l'une des manœuvres privilégiées pour désinformer les usagers des réseaux sociaux et l'opinion. Par ailleurs, plusieurs formes de désinformation basées sur des images, des récits manipulés ou encore des invectives particulièrement indécentes ont ciblé certaines femmes engagées en politique. En outre, il a été donné d'observer une profusion inédite de discours de haine et d'incitation à la violence. Ainsi, au terme de sa présentation, l'OIDH a formulée plusieurs recommandations au gouvernement ivoirien, aux acteurs politiques, aux admministrateurs et modérateurs des plateformes d'informations et de discussion en ligne, aux organisations de la Société civile et aux médias à l'eefet d'atténuer l'impact de cette désinformation et de préserver un climat social apaisé.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Live tweet

Nos évènements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Sondage en ligne

Que pensez vous de la nouvelle constitution ivoirienne

Facebook