Dernière Info

Le mardi 29 juin 2021, le National Democratic Institute (NDI) a organisé à l’Institut des Sciences et Technique de l’information et de la communication (ISTC), une foire de lutte contre la désinformation et les discours de haine. Cette activité ouverte au grand public a été organisé en collaboration avec plusieurs organisations partenaires notamment l’Observatoire Ivoirien des Droits de l’Homme (OIDH), le Réseau Action Justice et Paix (RAJP), Fondation Graze Studio Mozaik et Génération Innovante, toutes bénéficiaires de la subvention NED  2020.

 

Le lundi 7 juin 2021, l’OIDH a eu aux environs de 11 heures, une séance de travail avec Mme HADDAD ZEKRE N’GUESSAN SUZANNE, Secrétaire Général du Médiateur de la République. Cette rencontre s’inscrivait dans le cadre du Projet Monitoring des violations des droits l’homme lors des processus électoraux en Côte d’Ivoire exécuté par l’OIDH depuis Décembre 2020 avec l’appui financier de la fondation Open Society Initiative for West Africa (OSIWA). Elle a consisté pour l’organisation à présenter les articulations du projet et visait l’objectif d’obtenir l’appui technique de l’institution. Au cours de cette entretien M AKE Mel Christiano, chef de projet, n’a pas manqué d’affirmer que l’organisation entend bénéficier de l’appui du Médiateur de la République quant à sa mission de plaidoyer auprès des autorités. Mme la Secrétaire Générale après avoir présenté les activités de l’institution dans le cadre de ses prérogatives de renforcement de la cohésion sociale à affirmé toute la disponibilité de celle -ci.

Du 26 au 28 mai 2021 s'est tenu à Grand-Bassam un séminaire de formation de magistrats ivoiriens sur les crimes internationaux, à l’initiative de l'OIDH. 50 magistrats de différentes juridictions, y compris du Tribunal Militaire d'Abidjan ont été formés sur les mesures spéciales liées aux enquêtes et les éléments d’identification et de qualification des crimes internationaux.

Ce séminaire qui a vu l’intervention d’experts venus de Suisse, des Pays-Bas, du Sénégal et de la Côte d'Ivoire, avec la participation du Bureau local de la CPI, répondait à l’objectif de contribuer à la création d’un pool de magistrats spécialisés en crimes internationaux et l’intégration d'un module de justice pénale internationale dans le cursus de formation initiale des magistrats ivoiriens. C’est à la condition de cette spécialisation que l’appareil judiciaire national pourra parvenir à une effective mise en œuvre des principes de complémentarité et de compétence universelle. 

Le mercredi 24 mars 2021, s’est ouvert devant le tribunal criminel d’Abidjan-Plateau, le procès de M. Amadé Ourémi, chef d’une milice qui a régné en maître absolu durant 10 ans dans la forêt classée du Mont Peko.  Arrêté le 18 mai 2013, il a été inculpé pour 24 chefs d’accusation, notamment le crime de génocide, sur la base des massacres perpétrés les 28 et 29 mars 2011 au quartier Carrefour de Duékoué. Selon les Nations unies et plusieurs ONG, ces massacres ont occasionné la mort de 817 personnes lors de la crise post-électorale de 2010-2011. L’accusé a été condamné le jeudi 15 avril 2021 à la prison à perpétuité assortie d’une amende de près de 2 milliards de francs Cfa, après huit jours d’audiences qui ont vu se succéder à la barre 34 témoins à charge. 

L’OIDH félicite l’Etat de Côte d’Ivoire pour l’ouverture de ce procès qui témoigne de sa volonté de lutter contre l’impunité et de rendre justice aux victimes des crises survenues lors de la crise post-électorale. 

Live tweet

Nos évènements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Sondage en ligne

Que pensez vous de la nouvelle constitution ivoirienne

Facebook