Dernière Info

Ce 24-25 mars 2020, au terme de la première nuit de couvre-feu, l'OIDH a observé avec regret et indignation que certains éléments des forces de l'ordre se sont livrés à des actes d'une extrême violence sur certains citoyens. L'OIDH tient à rappeler que l'état d'urgence décrété dans le cadre de la lutte contre le Covid 19 en Côte d'Ivoire est une situation d'exception encadrée par une légalité d'exception et celle-ci ne doit se confondre avec l'état de siège ou la situation de conflit armé.

D'ailleurs, même en ces hypothèses où des restrictions plus importantes aux libertés publiques sont admises, la torture et les traitements inhumains sont formellement interdits et prohibés. L'OIDH tient à relever qu' il existe plusieurs manières de sensibiliser ou de sanctionner des populations réfractaires aux mesures de couvre-feu au nombre desquelles les poursuites judiciaires annoncées par le président de la République conformément à l'art 8 de la loi sur l'état d'urgence.

L' OIDH invite par conséquent les forces de l'ordre au respect de la dignité humaine conformément à leur mandat de protection des droits humains. Toutefois, l'OIDH regrette le non respect des mesures prises par le gouvernement, et de ce fait, encourage l’ensemble de la population ivoirienne au respect des différentes mesures annoncées par les pouvoirs publics qui permettraient, si elles sont scrupuleusement observées, la rupture de la dynamique de propagation du Covid-19 en Côte d’Ivoire.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Live tweet

Nos évènements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Sondage en ligne

Que pensez vous de la nouvelle constitution ivoirienne

Facebook